Marché(s)

La nature, l’économique et l’imaginaire. L’aménagement touristique de la montagne (Pyrénées, fin du XVIIIe siècle-1914)

par Steve Hagimont  Du même auteur

Résumé

Cet article interroge les logiques de l’aménagement touristique de la montagne qui conditionnent la consommation et la marchandisation de portions de nature devenues désirables. À partir du cas du tourisme pyrénéen pris sur un long xixe siècle, il s’agit d’inscrire dans l’étude historique de l’économie la part d’imaginaire qui motive, donne sens, conteste et reproduit des modes de relations à la nature. Les pratiques touristiques reposent sur un changement idéel qui se cristallise au xviiie siècle et fait de certains éléments de l’environnement montagnard (eaux thermales, paysages, climat, coutumes, etc.) des ressources émotionnelles et sanitaires. S’appropriant ce changement, des acteurs locaux et régionaux, publics et privés, entreprennent d’aménager leur territoire de vie ou d’action afin de commercialiser ces ressources. Des controverses éclatent, qui témoignent de la nature politique de la transformation de l’environnement. Au-delà de ces transformations matérielles, l’imaginaire touristique renouvelle également la territorialité et l’écosystème des montagnes qui, de bien commun agropastoral local, deviennent un patrimoine touristique plus global. Enfin, l’aménagement vise à mettre en ordre l’espace de villégiature pour le faire correspondre aux désirs d’« hétérotopie » qui guident les visiteurs, en éliminant ce qui, dans la nature et les rapports sociaux, serait indésirable.

Plan de l'article


    Mots-clés