Le commerce des plantes : empires, réseaux marchands et consommation (XVIe-XXe siècle)

Pépinières coloniales : de la valeur des plantes des jardins botaniques au XIXe siècle

par Hélène Blais  Du même auteur

Résumé

Lieux d’acclimatation des espèces, de recherche scientifique, espace d’agrément pour les sociétés urbaines coloniales, les jardins botaniques coloniaux sont également des pépinières destinées à fournir la colonie et le monde en semences diverses, en arbres, en plantes utiles et ornementales. Cet article s’intéresse aux fonctions de pépinières des jardins botaniques coloniaux au xixe siècle et à la manière dont s’organise le commerce des plantes par le biais de ces institutions. L’analyse des modalités de distribution et de vente des plantes, le rôle des productions scientifiques et des directeurs dans l’organisation de ce commerce, ainsi que les débats récurrents sur la valeur marchande de ces plantes, font surgir un pan méconnu de la gouvernementalité coloniale dans son rapport à la maîtrise de la nature.

Plan de l'article


    Mots-clés