Le corps sanctifié

Corps impérial, corps souffrant au Japon : l’empereur Meiji et la médecine occidentale

par Éric Seizelet  Du même auteur

Résumé

Il s’agit moins ici de s’interroger sur les conséquences des maladies de l’empereur Meiji sur le fonctionnement des institutions japonaises que d’analyser les problèmes posés par la gestion du corps impérial dans un contexte de modernisation accélérée, caractérisé par le passage de la médecine sino-japonaise à la médecine occidentale. À travers la question de la santé de l’empereur Meiji et de l’évolution des structures palatiales spécialisées, il analyse les interférences entre le corps privé de l’empereur, caché, son corps public, officiel, et son corps politique comme être de souveraineté. Il en conclut que, dans le cas du Japon, la préservation de cette troisième dimension est capitale à la monarchie japonaise dont la légitimité s’inscrit davantage dans la continuité et l’unicité dynastiques que dans les figures éphémères et transitoires des monarques occupant le trône.

Plan de l'article


    Mots-clés