L’écriture de l’histoire : sciences sociales et récit

La littérature manifestement

par Philippe Artières  Du même auteur

Résumé

Les rapports entre l’histoire et la littérature sont régulièrement l’objet de débats. Plutôt que de suivre la proposition de constituer l’écriture historique en littérature contemporaine, nous proposons de nous demander ce qui fait à ce point « envie » en littérature chez les historiens. En quoi elle est productrice de connaissances. Foucault y voyait en 1977 le lieu du secret et de nos infamies depuis Sade. Cette force de dérangement et de subversion de la littérature nous semble s’être déplacée. Le savoir que produit la littérature (J. Genet, W. G. Sebald, S. Alexievitch, P. Modiano, M. Riboulet notamment) consiste désormais à se « faire-témoin ». Elle n’est plus le lieu du dévoilement d’un imaginaire social caché ; la littérature offre à l’histoire l’archive de ce qui reste ; elle inscrit des sédiments de mémoire.

Plan de l'article


    Mots-clés