L’écriture de l’histoire : sciences sociales et récit

Historiens et littérature, romanciers et histoire : autour de quelques livres récents

par Monica Martinat  Du même auteur

Résumé

L’article s’intéresse à la manière dont l’histoire et la littérature réélaborent aujourd’hui leurs relations et proposent au public des livres d’un genre nouveau : fondés sur des faits réels qu’ils reconstruisent et dont ils donnent une interprétation, ces textes se caractérisent par une attention particulière pour le style et par la présence imposante de leurs auteurs dans le texte en tant que garants de leur validité/valeur scientifique. Le sens épistémologique de cette démarche n’est pas le même lorsqu’elle est menée par des historiens, comme Ivan Jablonka, ou par des romanciers, comme Javier Cercas – les deux cas d’étude proposés ici. La recherche d’une implication émotive du lecteur à travers la mise en scène de l’écrivain et de ses propres sentiments n’a pas les mêmes implications pour l’histoire et pour la littérature, et risque de perdre de vue l’importance d’une forme de connaissance critique moins empathique mais non moins utile, qui est peut-être l’un des apports spécifiques de l’histoire vis-à-vis de la littérature.

Plan de l'article


    Mots-clés