La matrice européenne libérale (XVIIIe-XIXe siècles)

Libérer la terre ! Une Europe des réformes agraires (vers 1750-1850) ?

par Jean-Pierre Jessenne  Du même auteur

      Nadine Vivier  Du même auteur

Résumé

L’économie politique en plein essor dans l’Europe de la deuxième moitié du XVIIIe siècle incite à libérer la propriété des terres et leur exploitation. Elle engendre débats et mesures, à la fois dispersées et étonnamment convergentes, dans le but de résoudre les principaux problèmes (emprise seigneuriale, pratiques collectives, restrictions à l’initiative individuelle). Les États sont impliqués, par leurs décisions et leur gestion des mobilisations sociales induites. Devant les contestations, certains pays continuent les réformes tandis que d’autres les arrêtent. En France, les contradictions aboutissent à une révolution qui est aussi agraire. Elle conduit à l’abolition complète du système seigneurial et à des lois dont l’ambition de promotion de la petite propriété et de l’exploitation paysanne est nouvelle. Les applications sont demeurées incertaines tout en contribuant à une voie paysanne française originale. La plupart des autres États au XIXe siècle poursuivent ces réformes, avec des intentions et des résultats fort divers. Ceux-ci dépendent toujours de leur acceptabilité par la société. En définitive, il n’est guère de réformes affectant en même temps toutes les composantes des sociétés rurales concernées. Pourtant, les effets cumulatifs des mesures aboutissent à la liquidation progressive de la féodalité et à la généralisation de la libre entreprise individuelle dans l’Europe du XIXe siècle. Ils ouvrent aussi des perspectives politiques et sociales nouvelles, centrées sur la répartition des terres et la liberté.

Plan de l'article


    Mots-clés