Les cent fleurs de la réforme agraire (XXe siècle)

La réforme agraire sous la Seconde République espagnole (1931-1939)

par Ricardo Robledo  Du même auteur

      Canela Llecha Llop  Du même auteur

Résumé

La réforme agraire, au même titre que les restructurations religieuse, militaire ou d’organisation territoriale, fut l’une des grandes mutations structurelles que les gouvernants républicains furent amenés à entreprendre au printemps 1931. Dans cet article, nous exposons brièvement certaines des opinions qui, hier comme aujourd’hui, ont remis en question l’utilité ou la nécessité de la réforme adoptée en septembre 1932. Nous indiquons deux moments bien distincts dans l’application de la réforme : la réforme dite éclairée qui, par le biais des terres expropriées des Grands d’Espagne, permit d’attribuer un lot à quelques milliers de paysans, et la réforme venue d’en bas, engagée à la faveur du changement politique que constitue la victoire du Front populaire en février 1936 – la surface octroyée aux paysans jusqu’au mois de juillet fut alors cinq fois plus importante que celle qui avait été distribuée au cours des trois années précédentes. Nous décrivons pour finir l’intensification de la réforme au début de la guerre civile, un processus qui la rend dès lors comparable aux réformes européennes contemporaines, et les problèmes qui ont découlé de l’affrontement avec les communistes chargés de conduire la politique de défense de la petite paysannerie face à l’hostilité des anarchistes et des autres forces politiques.

Plan de l'article


    Mots-clés